Les ornithologues veillent sur les oiseaux communs

Publié le lundi 11 avril 2016 -->


Dans le cadre de son programme d’actions en faveur de la biodiversité, la LPO Coordination Rhône-Alpes vient de rendre son rapport 2015 sur le Suivi temporel des oiseaux communs (STOC), un programme permettant d’évaluer les tendances d’évolution des effectifs d’oiseaux.

Le STOC est un des premiers programmes de science participative d’envergure nationale. Il a débuté en 1989 sous l’égide du Muséum National d’Histoire Naturelle dans le cadre de son projet Vigie-Nature. C’est un programme reconnu et dont les résultats sont utilisés par le Ministère en charge de l’Ecologie. En effet, cet indicateur est retenu par l’Observatoire National de la Biodiversité, aux échelles nationale et régionale. Il est un des systèmes d’alerte concernant l’état de santé de la nature ordinaire qui nous entoure.

En France, les analyses de ces données ont mis en évidence qu’au cours de ces 25 dernières années, les espèces spécialistes de certains habitats diminuaient, tandis que les espèces généralistes augmentaient [1], ce qui rejoint les résultats d’une étude européenne récente donnant l’alerte sur la diminution massive des effectifs d’oiseaux [2].

En Rhône-Alpes, la LPO contribue au STOC avec près de 180 observateurs bénévoles ou salariés, qui se sont mobilisés depuis 2001. Comme chaque année, en 2015 les observateurs ont prospecté 134 zones échantillons selon un protocole précis (http://vigienature.mnhn.fr/page/protocole).

Les premiers résultats régionaux du suivi avaient mis en évidence le déclin des oiseaux spécialistes des milieux agricoles, de - 12% sur la période de 2001-2013 [3].

En 2015, le rapport se penche sur les espèces spécialistes des milieux forestiers. Ces milieux couvrent 40 % du territoire rhônalpin et font l’objet de différents usages (bois-énergie, protection contre l’érosion, loisirs…). Si le rapport met en évidence l’augmentation de certaines espèces comme la mésange nonnette et le pouillot de Bonelli, il révèle que la mésange boréale et le roitelet huppé sont en diminution, en Rhône-Alpes comme à l’échelle nationale.

La LPO espère mobiliser toujours plus de volontaires pour récolter des informations sur le terrain et que ce travail se poursuive. Rappelons que ce suivi n’a de sens que dans la durée, et qu’il a contribué à mettre en évidence le déclin de certaines espèces communes que l’on pensait être à l’abri d’une disparition à court ou moyen terme.

Pour illustrer le travail d’étude réalisé sur le STOC, la vidéo suivante, tournée au colloque « Agriculture et Biodiversité : des liens essentiels ! » organisé par la LPO Coordination Rhône-Alpes, présente les résultats des analyses STOC pour le cortège des espèces en milieu agricole, par Karine Princé, chercheure postdoctorante au Centre d’Ecologie et des Sciences de la Conservation et au Muséum National d’Histoire Naturelle.


La LPO Rhône-Alpes a bénéficié du soutien de la Région et du Département de l’Ain pour la mise en œuvre de ce programme STOC en 2015.


Notes

[1Observatoire National de la Biodiversité 2015, Jiguet 2008

[2Inger et al, 2015

[3Mathieu 2014, Mathieu 2015