Participation régionale au plan d’actions national en faveur du Milan royal - Bilan 2014

Publié le mardi 16 juin 2015 -->


Plan d’actions en faveur du Milan royal

L’action 2014-2016 du programme régional reprend les principaux objectifs des plans précédents : suivi de la population nicheuse et hivernantes, expérimentation de placettes d’alimentation hivernale et sensibilisation des différents acteurs.

Contexte

Au regard de l’extension géographique récente de l’espèce (en Haute-Savoie notamment et dans une moindre mesure dans la Loire) et du contexte de ressources financières réduites, il n’était plus envisageable de suivre la population nicheuse régionale de manière exhaustive. Nous avons donc fait le choix de concentrer ce suivi sur des zones échantillons à l’instar de ce qui s’était pratiqué dans le programme inter-régional Massif Central et de ce qui continue de se faire dans le cadre du suivi national de cette espèce.

En 2014, il était donc prévu :

* Le suivi des populations

  • inventaire des couples nicheurs par zone échantillon et suivi du succès de reproduction
  • comptages mensuels des deux dortoirs hivernaux

* Etude du régime alimentaire

  • collecte et analyse de pelotes de réjection
  • suivi d’une aire à l’aide de pièges photographiques

* Conservation

  • alimentation d’une placette hivernale
  • actions de sensibilisation

Résultats

Suivi de la population reproductrice

L’action a consisté en un inventaire exhaustif des couples nicheurs au sein de trois zones échantillons (comprise entre 150 et 300 km²) ainsi qu’à l’évaluation du succès reproducteur.

La saison 2014 est marquée par un succès de reproduction exceptionnel dans les zones inventoriées (total de 25 jeunes à l’envol sur les trois zones échantillons). En effet le taux d’échec est de 0% dans les zones ardéchoises et ligériennes (c’est-à-dire que tous les couples nicheurs ont mené au moins un jeune à l’envol) et seulement de 17% (1 sur 6) en Haute-Savoie. Pour rappel, il était compris entre 30 et 40 % les années précédentes dans la Loire et entre 10 et 20% sur le secteur ardéchois.

Le succès de reproduction dans les trois zones échantillons de notre région est largement supérieur à la moyenne nationale qui est de 1.31jeune/couple en 2014 (Myonnet 2015). Les départements de la Loire et de l’Ardèche présentent même les meilleurs taux de reproduction au niveau national.

Suivi de la population hivernante

Deux dortoirs sont suivis dans la région :
- Ardèche  : avec 68 individus en moyenne à Grospierre, l’hivernage est comparable aux années précédentes. Au maximum 120 oiseaux ont été dénombrés le 17 janvier.
- Loire  : après un début de saison « classique », les effectifs se sont effondrés en décembre pour rester très bas sur le reste de l’hiver (moins de 10 contre une cinquantaine habituellement). Après des recherches, deux cadavres ont pu être découverts mais les causes de la mort n’ont pas été déterminées.

PNG - 1.3 Mo

Etude du régime alimentaire

Il était prévu une étude du régime alimentaire hivernal par analyse des pelotes de réjection. Au regard des événements sur le dortoir ligérien, seul le dortoir ardéchois a fait l’objet d’une collecte. Les analyses mettent en évidence que malgré le regroupement des oiseaux à proximité des centres d’enfouissement des déchets, ils sont loin de se nourrir exclusivement sur ces sites. Les milans royaux sont également extrêmement opportunistes (les lonmbrics ont été régulièrement consommés) et, en cette saison, régulièrement charognards.

Afin d’étudier la faisabilité d’étudier le régime alimentaire via l’équipement d’aires avec des appareils photos, nous avons installé deux « pièges photos » sur un nid des Monts du Forez.

L’un d’eux prenait une image fixe toutes les minutes entre 6h et 22h, l’autre prenait une séquence vidéo de 10 secondes dès qu’il détectait un mouvement.

L’installation s’est déroulée le 28 mai alors que l’âge estimé des 2 jeunes était de 2 à 3 semaines. Ceux-ci ont été observés volants le 30 juin. Les appareils ont été retirés le 16 juillet.

Près de 4000 films et 37000 photos ont été prises. Leur traitement nécessite donc un temps considérable. Malheureusement une première analyse de toutes ces images nous oblige à constater que cela ne nous permet pas d’obtenir des informations suffisantes afin d’étudier de manière rigoureuse le régime alimentaire. Si des apports de proies ont bien été filmés et/ou photographiés, on ne peut en tirer des suffisamment d’informations exploitables.

PNG - 1.2 Mo

Conservation

Pour la 14ème année consécutive la placette d’alimentation hivernale de Roche-la-Molière a été approvisionnée hebdomadairement avec des carcasses de volaille entre début octobre et début mars fournies gracieusement par deux boucheries. Parallèlement, la placette « éleveur » réalisée en 2011 a été alimentée tout au long de l’année, par un nouvel éleveur.

Animation

En Ardèche et dans la Loire des sorties découvertes ont permis de sensibiliser plus de 150 personnes sur la problématique de la conservation du Milan royal.

Par ailleurs, la participation à plusieurs PAEC en préparation ont été l’occasion de proposer des mesures en faveur de l’espèce.

Conclusions et perspectives

Les résultats 2014 pour la reproduction dans les zones échantillons sont très bons puisque les succès sont parmi les plus élevés au niveau national et largement au dessus des taux des années précédentes.

Si les effectifs du dortoir hivernal ardéchois sont conformes aux années précédentes, un « accident » survenu en fin d’année sur le dortoir de ligérien a conduit à la quasi désertion de ce site par les milans. Les causes sont, à ce jour, inconnues (malgré la découverte de cadavres). Il sera donc d’autant plus important de suivre ce dortoir la saison prochaine pour voir si cela a eu des effets durables sur la fréquentation de ce dortoir.

Concernant l’étude du régime alimentaire via des appareils photographiques, l’expérience, bien qu’enrichissante, n’a pas permis d’obtenir des informations suffisamment fiables pour être exploitées. Il a donc été décidé de ne pas reproduire cette action en 2015 dans les différentes zones échantillons comme cela était envisagé si le test s’était avéré concluant. Les moyens prévus pour cette action seront donc redéployés en faveur d’un programme de sensibilisation du monde agricole (notamment dans le cadre de l’élaboration de PAEC). Cette action sera surtout déclinée en Haute-Savoie, département où l’espèce est en extension.