Historique de la galerie souterraine et de la Réserve Naturelle

Publié le jeudi 3 novembre 2011



En 1929, un projet hydroélectrique a nécessité le creusement d’une galerie souterraine pour dévier partiellement la Valserine et bénéficier d’une chute suffisante à l’aplomb des turbines. Mais ces travaux n’ont pas abouti malgré près d’un kilomètre creusé dans la roche. En 1947 lors de sa création, Electricité de France a hérité des parcelles et demeure encore aujourd’hui propriétaire des terrains. Le projet de centrale hydroélectrique n’a pas revu le jour.

Topographie sommaire de la galerie

En 1969, des spéléologues de Bellegarde-sur-Valserine ont rapporté la présence de chauves-souris dans la galerie abandonnée. À partir de 1972, Jean-Louis Rolandez (1954-2004), spéléologue et naturaliste, a entrepris de compter plusieurs fois par an les effectifs présents surtout en hiver.
Au regard des espèces recensées (principalement le Grand rhinolophe, le Minioptère de Schreibers et la Barbastelle) et de leur nombre, la galerie du Pont des Pierres représente un site de fort intérêt au niveau européen pour la conservation de ces 3 espèces.

Membre actif du CORA Ain, Jean-Louis Rolandez entreprit alors en 1995 la constitution de dossiers avec le propriétaire EDF pour classer le site en Réserve Naturelle Volontaire, classement effectif le 8 décembre 1997 par Arrêté Préfectoral. La fédération régionale "CORA Région" devint gestionnaire de la RNV, sous convention avec EDF.

En 1998, l’accès à la galerie souterraine a été protégé par l’installation de grilles permettant toutefois le passage des Chiroptères.

En mai 2005, le décret d’application de la loi sur la démocratie de proximité place les Réserves Naturelles dites "Volontaires" sous la compétence des Régions. Après les démarches nécessaires, l’ex-RNV devient Réserve Naturelle Régionale de la galerie du Pont des Pierres le 8 juillet 2009 par délibération du Conseil régional de Rhône-Alpes.

Galerie du Pont des Pierres (©Yoann Peyrard)

.