/
/
/
/
/
/
Étangs du Grand Albert et du Petit Coquet

Étangs du Grand Albert et du Petit Coquet

Description du site

Historique

Le Grand Albert et le Petit Coquet sont deux étangs historiques isérois créés par les moines cisterciens dans le massif forestier des Bonnevaux au 12ème siècle. D’une surface de 17 hectares, le Grand Albert est le plus grand étang du massif et le Petit Coquet est resté l’un des plus sauvages au fil des siècles.

Ayant changé plusieurs fois de propriétaires lors des 200 dernières années, ces deux étangs ont peu à peu été délaissés et l’absence d’entretien a conduit à l’éventrement de la digue principale du Grand Albert en 2008.

Un changement de propriétaires, la création d’une SCI et la signature d’une Obligation Réelle Environnementale avec la LPO en 2018 ont permis d’engager un projet ambitieux de restauration et de renaturation de l’étang. 3 ans plus tard, en 2022, le Grand Albert renaissait et était de nouveau prêt à accueillir la vie.

 

Milieux naturels

Le Grand Albert se compose de l’étang du Haut Albert, du Grand Albert en tant que tel et du Petit Albert. Le Haut Albert est un étang peu profond avec une belle végétalisation hélophyte et hydrophyte depuis la restauration. Le Grand Albert est un grand étang avec des zones profondes et un marnage important qui favorise les herbiers aquatiques amphibies. Et le Petit Albert est en réalité un réseau de 3 mares, reliées par un fossé d’alimentation, qui peuvent s’inonder et ne former qu’une pendant l’hiver et le printemps.

Cet ensemble de mosaïques d’habitats aquatiques présente un potentiel d’accueil exceptionnel pour la biodiversité des milieux humides. Il est de plus protégé par un cordon forestier en senescence.

En ce qui concerne le Petit Coquet, il s’agit d’un joyau régional voire national en termes de plan d’eau favorable à la biodiversité. C’est l’un des seuls étangs en France à accueillir 3 libellules protégées (du genre des leucorrhines) tout en ayant des habitats exceptionnels et de nombreux amphibiens et oiseaux.

Espèces remarquables

Leucorrhine à gros thorax, leucorrhine à large queue et leucorrhine à front blanc

Héron pourpré, bécassine des marais,  pic noir, triton alpestre, triton palmé, grenouille rousse, etc.

Actions LPO

Afin de pérenniser les 17 hectares de milieux naturels de très grande valeur patrimoniale, plus de 360 000€ de travaux et d’études ont été engagés pour le projet de restauration et remise en haut du Grand Albert.

Des travaux préparatoires ont été conduits entre novembre 2021 et février 2022, consistant à broyer les rejets de ligneux, vidanger le Haut-Albert dans le but de remplacer l’ouvrage de vidange dysfonctionnel et retirer tous les poissons de l’étang. Par la suite ont eu lieu les travaux d’amélioration du Haut-Albert. Un nouvel ouvrage de vidange a été installé permettant de gérer les niveaux d’eau du Haut-Albert, ainsi que l’alimentation du Grand Albert.

Les travaux de remise en état et d’amélioration du Grand Albert ont été effectués entre décembre 2021 et fin mars 2022 et entre septembre 2022 et janvier 2023. Ils représentent les travaux les plus conséquents du site. En effet, pour cette partie du site il a fallu restaurer la grande digue pour assurer l’étanchéité de l’étang (180m de digue), mettre en place un ouvrage de régulation des niveaux d’eau et de vidange (moine avec vanne de fond, décanteur et débit réservé) et un déversoir de crue en partie enroché et bétonné pour assurer sa résistance. D’autre part, des travaux dédiés à l’accueil de la faune et à l’amélioration des habitats ont été réalisés, comme la création d’un ilot pour les castor et les anatidés, la déconnexion de la queue d’étang sud afin d’offrir un milieu favorable aux amphibiens, libellules et plantes aquatiques. Les poissons n’ont pas été réintroduits car les étangs alentours en sont tous pourvus et il est important que des milieux différents existent et notamment des milieux aquatiques sans poissons pour permettre aux espèces sensibles de s’y reproduire.

Finalement la création de 6 mares d’étiage, permettant de maintenir des zones humides en été pour accueillir la reproduction des amphibiens et des libellules, a été réalisée en amont du Grand Albert et dans la queue d’étang Nord.
Les derniers travaux à avoir été réalisés, en décembre 2022, sont les travaux de transformation du Petit Albert, correspondant à l’ancienne pêcherie. Ils consistaient à la création d’un cours d’eau de 90 mètres de linéaire et de 4 mares. Ainsi cela permet de diversifier les milieux aquatiques sur le site. Des prises d’eau ont été réalisées pour alimenter les trois mares en amont, la quatrième mare correspond à une zone de platière s’inondant lorsque l’ouvrage final de gestion des eaux est partiellement fermé.

Désormais, les actions menées par la LPO sont des actions action de gestion de milieux se déclinant en trois catégories :

  • des actions d’entretiens,
  • des suivis écologiques,
  • des actions de pédagogie, information et sensibilisation.

Un nouveau plan de gestion est en cours de rédaction. Il couvrira 5 années de 2025 à 2029.

Statuts

Les étangs du Grand Albert et du Petit Coquet font l’objet d’une ORE, Obligation Réelle Environnementale, dont la gestion a été confiée à la LPO AuRA pour une durée de 99 ans. Elle a été signée par les propriétaires et la LPO le 21 septembre 2018. Le site bénéficie donc de cette protection environnementale pour une durée de 99 ans, même si celui-ci venait à être vendu.

La surface de l’étang du Grand Albert dépassant les 3 hectares, le projet de restauration de la digue et de remise en eau a donc été soumis à autorisation au titre de la loi sur l’eau. Ainsi, un dossier unique regroupant les éléments concernant la loi sur l’eau et les éléments portant sur les espèces protégées a été monté pour le projet de travaux de restauration. L’obtention de l’arrêté préfectoral n°38-2021-10-28-00006, le 28/10/21, a permis le commencement des travaux en toute conformité.

Les travaux sont conformes aux prescriptions édictées dans l’arrêté préfectoral visant au respect :

  • de la loi sur l’eau : obligation du maintien d’un débit réservé de 3l/s pour la Varèze dont la source se trouve en aval du Petit Albert ; obligation de restituer de l’eau fraiche à la Varèze ; obligation de hauteur, longueur et largeur de la grande digue (160 m de long, 5m de haut et 5m de large), etc.
  • des espèces protégées : mesures d’évitement et de réduction des impacts pendant les travaux ( zone de circulation, zones de déblais remblais, période de travaux excluant les mois d’avril à août, etc.).

Enfin, le site du Grand Albert présente une biodiversité extrêmement riche. Sur toutes les espèces recensées, 46 sont protégées, parmi celles-ci : 8 sont des espèces d’amphibiens, 3 de reptiles, 17 d’oiseaux d’intérêt patrimonial, 9 de mammifères dont 8 de chiroptères, 3 d’odonates et 6 espèces végétales.

Contacts

Partenaires

Logos partenaires Grand Albert

Fiche d'identité
Département : Isère
Commune(s) : Porte-des-Bonnevaux
Superficie : 18 ha
Mode de gestion : Gestion LPO (ORE de 99 ans signée en 2018 et convention de gestion de 10 ans renouvelable signée en 2023)