Mulot sylvestre

Publié le lundi 29 décembre 2008 -->


Mulot sylvestre Apodemus sylvaticus

En France

  • Le Mulot sylvestre est le plus répandu des mulots en France.
  • Il occupe tout le pays.
  • En montagne, il dépasse nettement la limite supérieure de la forêt, il est présent en Rhodoraies et formations buissonnantes jusqu’à 2500 m.
  • Cette espèce prolifique et très adaptable fréquente tous les biotopes avec de la végétation herbacée.
  • Nombreux en forêt de feuillus avec 3 étages de végétation, talus du bocage, champs de céréales avant la récolte.
  • Absent des forêts de conifères dépourvues de sous-bois
  • Ne fait que traverser la prairie naturelle régulièrement pâturée.
  • Monographie : M.C. Saint Girons.
Répartition en France du Mulot sylvestre, FAYARD 1984
Répartition en France du Mulot sylvestre, FAYARD 1984

En Rhône-Alpes

  • Le Mulot sylvestre est présent dans tous les départements (Ariagno 1976), en milieux à couverture végétale importante (Fayard et al 1979).
Ain
  • En forêts humides de Dombes (Fayard in Ariagno 1976), il colonise très vite le pourtour des étangs asséchés (Ariagno et Bussy 1971)
Ardèche
  • Dans tout le département, très commun (Penel et al 1984, Faugier et al 1989)
  • Bassin du Doux (Ladet 1994)
Drôme
  • Le genre Apodemus est signalé dans le Diois (Aulagnier et Brunet-Leconte 1982)
  • En Diois Apodemus sylvaticus est trouvé à Blacons (Bertrand), Mornans (Issartel)
Isère
  • Le genre Apodemus est commun en Isère (Noblet 1984),
  • dans tout le Vercors (Ariagno et Delage 1970, Fayard et al 1981),
  • en Nord-Isère (Brunet-Leconte 1993)
  • 60 observations d’Apodemus en Oisans (PNE et Crave 1995), 48 % des proies en Haut-Dauphiné.
Loire
  • Le genre Apodemus est plus commun qu’en Forez qu’en Dombes (Aulagnier et al 1980).
  • Apodemus sylvaticus est présent dans tout le département (Aulagnier et al 1983)
  • Ecopôle du Forez (7% des proies).
  • Massif du Pilat (Fayard 1975)
  • Vallée du Rhône, à Chasse-sur-Rhône (Saint-Girons 1966).
Rhône
  • Le genre Apodemus est présent partout (Ariagno et al 1981), les 2 mulots cohabitent.
Savoie
  • En Rhône-Bourget, au Bourget-du-Lac (Martinot)
  • En Grésivaudan à Bourgneuf, 300 m
  • En Monts du Chat à Saint-Suplice, 570 m
  • En Bauges à Ecole-en-Bauges, 730 m
  • En Tarentaise à Bourg-saint-Maurice, 800 m
  • En Maurienne à Bessans, 1700 m.
Haute-Savoie
  • Très commun en haute vallée du Giffre jusqu’en landes subalpines (1900m) (Desmet 1986, 1990)
  • Chamonix (Mont-Blanc) de 1250 m à 1870 m
  • Mont d’Arbois (Catzeflis 1980, Saint-Girons 1967).
Répartition en Rhône-Alpes du Mulot sylvestre, GRILLO 1997
Répartition en Rhône-Alpes
du Mulot sylvestre
GRILLO 1997

Bibliographie
FAYARD Armand (1984). Atlas des mammifères sauvages de France. Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM). Paris. 299 p. ISBN 2-905216-00-X

GRILLO X. (coord.) (1997). Atlas des mammifères sauvages de Rhône-Alpes. Frapna, Lyon : 304 p.


Le mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus), ou "souris sylvestre", est un rongeur de la famille des Muridae.
Il est un peu plus grand que la souris domestique (Mus musculus).

Mulot sylvestre, Sorex minutus, photo Cyril Cavillon © 2008
Mulot sylvestre, photo Cyril Cavillon
  • Corps allongé avec une longue queue.
  • Pelage brun grisâtre sur le dos, un peu jaunâtre.
  • Une petite tache ocre entre les pattes antérieures tranche sur le reste du ventre blanc grisâtre.
  • Le corps mesure entre 7 et 15 cm.
  • Queue de près de 10 cm, se cassant facilement.
  • Poids de 18 à 35 g.

Cette espèce fréquente les lisières et les bois de feuillus, les haies et aussi les parcs et les jardins.

  • Espèce plutôt solitaire.
  • Nocturne ou crépusculaire.
  • Actif toute l’année.
  • Habile grimpeur, se déplace par bonds ("souris sauteuse").
    Le mulot creuse des galeries parfois profondes.

Le mulot sylvestre consomme des végétaux (plantes, graines, baies, champignons) mais aussi des insectes des vers et des escargots. Il fait des provisions.