CR comptage du Guiers-Vif - 07/02/2016

Publié le lundi 9 avril 2018


Participants : Marie P., O. SOUSBIE (CAF Chambéry/SBAPS/GCRA 73), Craquette (SCS), Jérome B. (Garde à la Réserve Naturelle des Hauts de Chartreuse), Manu. B. (GCRA 73), Lionel B. (GCRA 38)
TPST : 2h30

Cette année, nous sommes 6 à aller affronter la vire du Guiers-Vif. Sauf que cette année, il fait super chaud et que la neige est inexistante, du coup, la vire devrait passer tranquillou. RDV à 9h30 au parking du cirque de St Même. On s’équipe en fonction de la météo (les bottes plutôt que les chaussures d’alpi). Je prends tout de même une corde et des dégaines histoire de … me charger un peu pour rien. Manu prévoyant de ne pas aller trop vite dans la montée part en éclaireur.
Le chemin est dégagé, en foret, la neige est quasiment absente. On arrive au croisement pour la vire et pas de Manu. Bon, on devrait le retrouver au pied de la vire. Arrivés à la vire, toujours pas de Manu. On décide de commencer la montée au cas où il serait déjà en haut ou serait passé par la vire haute (craignos en temps normal mais qui, au vu des conditions météo actuelles et la quasi-absence de neige, devrait passer tranquille).

JPEG - 1.2 Mo
Cascade vue du pied de la vire

JPEG - 1.4 Mo
Craquette dans la vire

Arrivé au pied de la vire, quelques blocs tombent à nos pieds. Super rassurant comme entrée en matière. Du coup, on ne tarde pas dans la montée. On arrive rapidement en haut de la cascade et on s’apprête à passer sous l’arche. Là, manque de bol, la flotte est beaucoup plus haute que d’habitude et passer sans se mouiller les pieds ne va pas être facile. Au final, je suis le seul à m’être raté, la faute aux battons dépassant de mon sac. Vive les chaussons néoprènes.

JPEG - 1.2 Mo
Flaque à franchir

JPEG - 1.5 Mo
Arche

A la sortie de l’arche, du grésille commence à tomber ce qui nous incite à accélérer le pas. Au moins, cette année, il n’y a pas de gros glaçons sur la falaise. On arrive rapidement à l’entrée de la grotte et toujours pas de Manu. Comme on ne sait pas où il a pu se tromper, on décide de l’abandonner à son sort et de faire la sortie (on a le droit à 10% de pertes non ???). Au final, il arrive 5 minutes plus tard par la vire du haut (il s’est un peu trompé de chemin). Ouf, on est au complet.

On commence le comptage. C’est vite la déception car il n’y a pas des masses de bestioles. On est même très loin du compte pour les barbastelles. Sans doute fait-il trop chaud. Par contre les murins sont moins planqués que d’habitude ce qui facilite le comptage.

2h30 plus tard, on finit le comptage. Arrivés vers l’entrée, on a la surprise de découvrir un paysage complètement changé : il neige à grands flocons. Au moins 10/15 cm en 2 h !!!!! Ouf, ça valide la vraie sortie hivernale au Guiers-Vif, car sans difficultés, ce n’est pas drôle.

JPEG - 609.6 ko
Entrée du Guiers-Vif sous la neige

JPEG - 961.3 ko
Début de la vire du haut

Histoire de ne pas s’embêter avec la corde et les baudriers dans la vire, on décide de passer par la vire du haut, qui devrait être encore passable. Même si ça brasse un peu dans la neige, la descente se fait assez vite et on retrouve la voiture, puis notre foyer chauffé assez rapidement.

JPEG - 1.1 Mo
Cascade du bas sous la neige

Au total : 22 barbastelles, 16 murins à moustaches/Brandt, 7 murins de Daubenton, 1 murin à oreilles échancrées, 5 petits rhinolophes et 2 oreillards sp.