Communiqué de presse : L’A 45 va détruire de manière irréversible des richesses naturelles, agricoles et paysagères

Publié le mardi 12 avril 2016 -->


La LPO en Rhône-Alpes tient à rappeler les impacts prévisibles de la construction de l’autoroute A45, qui a pour objectif de relier par une infrastructure supplémentaire, Lyon et Saint-Etienne.

Le tracé prévisionnel de l’A45, va, côté Rhône, traverser le plateau Mornantais. Ce plateau, situé au pied des monts du Lyonnais, est un des derniers secteurs à dominante naturelle et agricole de l’agglomération lyonnaise.

Différents inventaires, actions de préservation et de sensibilisation menés par la LPO en partenariat avec les collectivités locales, ont révélé depuis des décennies que ce site est le plus riche, en termes de biodiversité, du département du Rhône. Ainsi, subsiste dans ce secteur le dernier noyau de population viable de Busard cendré du département, des populations de Chevêche d’Athéna, de Triton crêté, de Crapaud sonneur, ainsi que de nombreuses autres espèces protégées notamment des chauves-souris et des insectes.
Dans la continuité du tracé, côté Loire, les mêmes espèces et habitats sont impactés. S’ajoute à cette liste, notamment, le Milan royal.

Ces richesses naturelles, qui constituent un bien commun, ont été reconnues :

  • par l’Etat (arrêté préfectoral de protection de biotope de Montagny du 7 juin 1993, nombreuses Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF)) ;
  • par le Département : espaces naturels sensibles (ENS de la plaine de Berthoud, de la Lande de la Pyramide...) et protection des périmètres d’espaces naturels et agricoles périurbains ;
  • et par la Région (zone prioritaire pour la conservation des corridors écologiques et réservoirs de biodiversité).

La LPO soulève le paradoxe entre le tracé de cette autoroute et l’engagement local des collectivités, notamment Saint Etienne Métropole et le Département de la Loire, pour la préservation et la restauration des réservoirs de biodiversité et des trames verte et bleue (documents d’urbanisme, contrats corridors, contrats de rivière…). En effet, de nombreux acteurs locaux se sont investis (collectivités, Etat, agriculteurs, chasseurs, associations environnementales, universités,…) pour construire et porter un programme de préservation et restauration de la Trame verte et Bleue sur un des secteurs prioritaires du SRCE, et dont le fondement même serait remis en cause par la réalisation de l’A45.

Depuis des années, les naturalistes de la LPO, aux côtés des autres citoyens : élus locaux, agriculteurs, chasseurs …, se mobilisent pour préserver ces territoires dans toutes leurs dimensions. En effet, au-delà des richesses écologiques, ces villages sont de formidables lieux de vie et de partage, à travers des évènements festifs et une dynamique locale autour d’une agriculture de qualité et de proximité. Le projet d’A45 va faire disparaître plus de 500 hectares de terres agricoles, dans un contexte déjà contraint pour le foncier agricole. Ceci aura des impacts économiques, sociaux et environnementaux, préjudiciables aux agriculteurs et aux habitants de ces territoires, attachés aux paysages bocagers, à l’agriculture extensive et à la biodiversité.

La LPO accompagne de nombreuses entreprises afin d’améliorer la prise en compte des équilibres naturels dans les différents métiers de l’aménagement du territoire et de l’industrie. Elle apporte régulièrement des conseils pour réduire voire compenser les impacts résiduels des projets sur l’environnement. Mais parfois, lorsque les enjeux de préservation des espaces naturels et agricoles sont trop forts, et que des solutions alternatives existent, son seul devoir est d’alerter les pouvoirs publics et l’opinion. La sobriété en lieu et place d’un développement mal maîtrisé, pourrait ici garantir un cadre de vie et des écosystèmes préservés pour les générations futures.

La LPO est une association loi 1901, ayant pour objet d’agir pour l’oiseau, la faune sauvage, la nature et l’homme, et de lutter contre le déclin de la biodiversité, par la connaissance, la protection, l’éducation et la mobilisation. La LPO, agréée au titre de la protection de l’environnement, est habilitée à participer aux débats sur l’environnement, et dispose de l’agrément au titre des associations éducatives complémentaires de l’enseignement public délivré par le Ministère de l’Education Nationale. En Auvergne Rhône-Alpes, la LPO rassemble 7200 adhérents.

PNG - 1.3 Mo

La FRAPNA et ARTHROPOLOGIA s’associent pleinement à l’analyse des enjeux et au message d’alerte de ce communiqué.

JPEG - 200.5 ko
JPEG - 40.4 ko

Contacts presse :
Sébastien TEYSSIER, directeur LPO Loire : 06 19 43 43 69
Patrice FRANCO, directeur LPO Rhône : 06 89 78 70 19
Véronique LE BRET, directrice LPO Rhône-Alpes : 06 52 27 62 55

communiqué de presse
communiqué de presse
388.5 ko