Tarin des aulnes

Publié le mardi 28 octobre 2008 -->


Identifier le Tarin des aulnes

Le Tarin des aulnes (Carduelis spinus) est un petit oiseau, partiellement migrateur, de la famille des fringillidés, avec des ailes noires et jaunes portant une barre alaire jaune vif.

Description

Tarin des Aulnes (Carduelis spinus), photo Nicolas Dupieux, 2008 ©

Tarin des aulnes
(Carduelis spinus)

Tarin des Aulnes (Carduelis spinus), photo Nicolas Dupieux, 2008 ©

  • Corps menu, assez trapu, petite tête ronde.
  • Ailes assez longues et pointues, noires liserées de jaunes avec deux larges barres alaires transversales jaunes.
  • Queue courte et échancrée, noire avec une tache jaune de chaque côté de la base.
  • Le mâle a une calotte et un menton noirs, un sourcil jaunâtre en arrière de l’oeil.
  • Poitrine et croupion jaune-verdâtre.
  • Le ventre et la poitrine est jaune très clair, tirant sur le blanc et pouvant être strié de noir.
  • Joues et dessus vert-jaunâtre, légèrement rayés de noir sur le dos.
  • Dessous blanc, les sous-caudales et les flancs sont fortement rayés de noir.
  • la femelle est gris-olive dessus, et blanc grisâtre dessous, fortement striée de noir.
  • Bec conique, assez long et pointu, brun-gris à pointe noire.
  • Pattes noires, courtes et fines.
  • Oeil brun-noir.
  • Longueur totale de 11 à 12.5 cm.
  • Envergure de 21 cm
  • Poids de 12 à 14 g.

Attention à ne pas confondre le Tarin des aulnes avec le Serin cini ou le Venturon montagnard.

Age et sexe

  • Le mâle à la calotte et le menton noirs, l’arrière sourcil jaune et les joues verdâtres.
  • La femelle ne possède pas la calotte noire et est moins bariolée, tirant plus vers le brun-gris surtout sur le dos, mais est plus blanche sur le ventre.
    Elle est beaucoup plus rayée à la poitrine et aux flancs que le mâle.
  • Les juvéniles ont des rayures encore plus accentuées que celles de l’adulte, leur aspect général est plus brun.

Comportement

  • Oiseau diurne
  • Grégaire toute l’année, très sociable avec envers les autres espèces de passereaux
    Il se déplace principalement en petites troupes (quelques individus à plusieurs dizaines de couples).
  • Il descend peu à terre
  • Oiseau très actif et assez erratique.
  • Le vol du tarin est onduleux et dansant surtout lorsqu’il se déplace en groupes.

Habitat

  • Il habite de préférence les vieilles forêts de conifères (surtout épicéas et sapins) clairsemées.
  • En automne et en hiver, principalement dans les bois d’Aulnes ou aussi de Bouleaux.

Alimentation

  • Il se nourrit dans les plus hautes branches et se suspend acrobatiquement aux rameaux (comme les Mésanges) pour atteindre sa nourriture.
  • Il consomme essentiellement des graines de conifères (Sapin, Epicéa), et des graines d’Aulnes et de Bouleaux en hiver, d’Orme, aussi de graines de Chardon ou de Pissenlit.
  • Plus exceptionnellement, il se nourrit de quelques baies, de bourgeons de résineux et insectes en été.
  • Les juvéniles sont essentiellement nourris d’insectes.
  • Il cotoie souvent le Chardonneret élégant qui a une alimentation voisine.

Migrations

  • Le Tarin des Aulnes est présent toute l’année en France.
  • Il est surtout observé en octobre et mars-avril, lors du passage d’oiseaux Nordiques et Orientaux, qui vont hiverner en Espagne et beaucoup passent l’hiver en France.
  • Certains hivers, afflux importants de Tarins des Aulnes venant de Sibérie.
  • Vers fin mars, les Tarins quittent leurs retraites d’hiver, et retournent dans les aires de reproduction.

Chant et cri

  • Le chant du Tarin est assez aigu et perçant, c’est un gazouillis musical incessant, et souvent terminé d’un "dèètsch" ou d’un "chèi" étiré.
  • En vol, son cri est un "tsî-e" ou un "tlie dih".
  • Dans leurs deux premières semaines les jeunes tarins poussent un "tchètchètchèt…".
  • L’adulte Inquiet ou intrigué lance un "tsou-ît" grinçant.

Reproduction

  • Le mâle en parade nuptiale poursuit la femelle, se dresse devant elle les plumes hérissées, les ailes légèrement entrouvertes et tourne autour d’elle en papillonnant
  • Les Tarins nichent en colonies lâches.
  • Le petit nid est formé de tiges sèches, de mousse, de radicelles, de lichens, et garni de crins, de duvet et de plumes.
  • Le nid est généralement construit très près de l’extrémité d’une branche latérale (sapin), à grande hauteur (6 à 25 m du sol), ou à la cime d’un conifère
  • Une ou 2 pontes par an, de 3 à 5 oeufs, incubés par la femelle seule pendant 11 à 14 jours.
  • Les oeufs sont bleu pâle, tachetés de roux, d’environ 15-19 mm x 11-13 mm.
  • Les jeunes nidicoles quittent le nid à 13 - 15 jours.
  • Ils sont nourris par les deux parents, essentiellement avec des pucerons et des chenilles.

Dans les jardins

  • En hiver,le Tarin des Aulnes n’hésite pas à venir habiter près des habitations, où il fréquente volontiers les mangeoires.

Remarques

  • Le Tarin est présent dans toute l’Europe le Moyen-Orient et l’Asie (exceptée l’Asie du Sud-Est) et au Maghreb en Égypte et en Libye. Des cas ont été aussi recensés en Indonésie. Des individus égarés ont été observés en Alaska, au Yémen et aux Philippines. Seuls les individus nordiques sont considérés comme migrateurs.
  • Il se reproduit en France en montagne, dans les Pyrénées, le Massif Central, les Alpes, le Jura, les Vosges, les Ardennes, en Corse, entre 1200 et 1700 m d’altitude.
  • En hiver, il est présent partout.
  • La couleur verdâtre du plumage du tarin à certains endroits vient du mélange de plumes noires au milieu d’une majorité de plumes jaunes.
  • Les Tarins sont tellement discrets pendant la période de reproduction, qu’une vieille légende de la mythologie germanique disait qu’ils cachaient une pierre magique dans leur nid qui les rendait invisibles.

Tarin des Aulnes, photo Nicolas Dupieux, 2008 ©
Tarin des aulnes, photo Nicolas DUPIEUX
Tarin des Aulnes, photo Nicolas Dupieux, 2008 ©
Tarin des aulnes, photo Nicolas DUPIEUX
Tarin des Aulnes, photo Nicolas Dupieux, 2008 ©
Tarin des aulnes F, photo Nicolas DUPIEUX
Tarin des Aulnes, photo Nicolas Dupieux, 2008 ©
Tarin des aulnes, photo Nicolas DUPIEUX