Sittelle torchepot

Publié le mardi 28 octobre 2008 -->


Identifier la Sittelle torchepot

La Sittelle torchepot (Sitta europea) est un passereau de la famille des Sittidés. Elle est extrêmement agile et escalade les arbres avec facilité. On peut parfois la voir descendre les arbres la tête en bas. Son élégant sourcil noir est caractéristique.

Sittelle torchepot, photo France DUMAS © 2008
Sittelle torchepot, photo France DUMAS

Description

Sittelle torchepot (Sitta europea)
Sittelle torchepot (Sitta europea)
  • Corps trapu, tête aplatie.
  • Ailes assez courtes, larges et arrondies.
  • Queue très courte et carrée.
  • Dessus gris-bleu.
  • Trait noir partant du bec, traversant l’oeil et prolongé jusqu’à la nuque.
  • Gorge et joues blanches.
  • Dessous crème roussâtre, flancs brun-roux.
  • Bas du ventre blanc tacheté de marron.
  • Queue gris-bleu bordée de noir sur les côtés et de blanc aux coins.
  • Bec long et pointu, gris ardoisé.
  • Pattes courtes et puissantes, brun jaunâtre.
  • Oeil brun.


.

  • Longueur totale de 13 à 14.5 cm.
  • Envergure de 26 à 27 cm.
  • Poids 20 à 25 g.

Comportement

  • Oiseau diurne, solitaire, parfois avec des Mésanges en hiver.
  • Elle escalade les écorces des vieux arbres et descend les troncs la tête en bas.
  • Grande agilité, et souvent en position acrobatique.

Habitat

  • La Sittelle recherche de grands et vieux arbres (Chênes, Érables, Hêtres) riches en cavités.
  • Forêts feuillus ou mixtes clairsemées, parcs, vergers.
  • Boisements plutôt âgés, mixtes ou de feuillus, bocage, parcs et grands jardins avec de vieux arbres.

Alimentation

  • La Sittelle consomme des insectes vivant sous l’écorce, des araignées, petits mollusques, et des graines (noix, noisettes, glands, faînes) (sa nourriture principale en hiver).
  • Elle coince dans l’écorce des arbres (comme dans un étau) des cônes de pins et d’épicéa, des noix et des noisettes, frappés ensuite avec le bec pour en extraire les graines.
  • Elle vient aux mangeoires.

Migrations

  • La Sittelle est présente en France toute l’année
  • Totalement sédentaire, elle ne s’éloigne très peu de son territoire, même en hiver.

Chant et cri

  • Plusieurs types de chants, formés d’une note sifflée en série ascendante "tuituitui", descendante "vîuvîuvîu", ou en trille.
  • Cris très variés, tantôt doux ou percutants, "ouitt", "tvèt", ....etc répétés irrégulièrement.
  • Chant "douuit douuit douuit" répété.

Reproduction

  • Elle construit un nid très rudimentaire de fragments d’écorce et feuilles mortes dans une cavité d’arbre (naturelle ou ancienne loge de pic), ou dans nichoir.
  • Elle réduit le trou d’entrée en le cimentant avec de la boue (d’où le nom de "torchepot").
  • Une (rarement 2) pontes par an (avril à juillet), avec 6 à 8 oeufs, incubés par la femelle 14 à 18 jours.
  • Les jeunes nidicoles quittent le nid à 19 - 28 jours.

Remarques

  • La Sitelle torchpot se reproduit partout en France, mais elle est rare sur le littoral méditerranéen.

Sittelle à la mangeoire, photo Rolland
Sittelle à la mangeoire
Sittelle torchepot, photo France DUMAS © 2008
Sittelle torchepot, photo France DUMAS