Salamandre tachetée

Publié le mardi 28 octobre 2008 -->


Identifier la Salamandre tachetée

La Salamandre terrestre ou commune (Salamandra salamandra) est également appelée Salamandre tachetée ou Salamandre de feu. C’est une espèce d’amphibien appartenant à la famille des Salamandridae.

Description

Salamandre tachetée (Salamandra salamandra)
  • Animal impossible à confondre, au corps long et noir tacheté de jaune, à la peau luisante semblant huileuse.
  • Espèce nocturne, avec de grands yeux noirs adaptés à la vision nocturne et crépusculaire.
  • La peau est lisse et noire, portant un motif dorsal jaune (parfois orange) de points irrégulier et de lignes qui permet d’identifier chaque individu. Elle est rarement entièrement noire ou albinos.
  • La Salamandre se déplace lentement, d’une démarche pataude, ne craignant pas de prédateurs.
  • Les glandes parotoïdes (juste derrière les yeux) peuvent libérer (ou projeter) des sécrétions toxiques contre les prédateurs.
  • La peau est munie de glandes sécrétant du mucus empoisonné par une neurotoxine agissant par contact avec les muqueuses (samandarin).
  • Les couleurs vives avertissent les prédateurs !
  • Chez la Salamandre, seule la larve est aquatique, elle porte des taches jaunes caractéristiques à la base des pattes (à la différence des Tritons).
  • Taille adulte atteignant 20 cm.
  • Poids d’environ 40 g.

Sous-espèce

  • Salamandra salamandra terrestris se rencontre en Europe occidentale (grande majorité de la France, Benelux, Allemagne). Les taches jaunes forment souvent deux lignes discontinues le long du dos. En France, c’est très majoritairement cette sous-espèce que l’on rencontre.

Comportement

  • Essentiellement nocturne, on peut rencontrer la Salamandre tachetée durant la journée, après ou durant de fortes précipitations.
  • Son acuité visuelle nocturne est bonne.
  • Elle a la particularité de pouvoir régénérer des parties perdues ou blessées de son corps très rapidement.

Habitat

  • L’habitat préférentiel est constitué de forêts fraîches et humides de moyenne montagne, avec du bois mort au sol.
  • Les forêts pures de conifères sont plutôt évités, sauf les sapinières avec beaucoup de mousse.
  • La Salamandre reste cachée dans la journée dans des trous, des cavités humides, sous des blocs de pierre plate ou des écorces, sous le bois mort et les racines, dans des troncs d’arbres pourris, les galeries de petits mammifères...
  • Elle peut aussi se montrer la journée par temps humide et tiède, ou après dérangement .
  • Les résurgences de sources calmes en forêt offrent également de bonnes possibilités d’abri.
  • Les cimetières boisés avec de vieux arbres, près de zones forestières, sont des habitats de substitution, proches de zones boisées, avec un habitat varié, de nombreuses caches, plusieurs points d’eau, et calmes durant la période d’activité nocturne des salamandres.
  • Les Salamandres apprécient les eaux de source calmes, les fontaines peu profondes. Des eaux fraîches, pauvres en nutriments (oligotrophes), riches en oxygène sont communément utilisées comme lieux de reproduction.

Alimentation

  • La Salamandre se nourrit d’organismes invertébrés (Cloportes, petits Coléoptères tendres, petites Limaces), de vers de terre .
  • Les araignées et les insectes sont fréquemment attrapés avec la langue ou gobés après un saut.

Hibernation

  • L’animal hiberne à partir des premières nuits de gelée au sol, vers la fin du mois d’octobre, début novembre.
  • L’hibernation a lieu essentiellement sous terre, dans des puits, des galeries souterraines de mammifères, des anciens tunnels miniers, des caves ou des grottes.

Cri

  • La Salamandre peut émettre des grognements légers, des grognements ou des piaulements (mais n’a pas d’oreille moyenne ni de tympan).

Reproduction

  • Les Salamandres s’accouplent exclusivement hors de l’eau, d’avril à septembre avec un pic d’activité en juillet.
  • La femelle ne se rend jusqu’à l’eau qu’à la fin de la période embryonnaire, au printemps, afin de déposer les larves.
  • Elle atteint la maturité sexuelle en 2 à 4 ans.

Remarques

  • Il existe principalement deux sous-espèces, selon les motifs des taches jaunes du dos de l’animal : la Salamandre tachetée européenne Salamandra salamandra salamandra (Est et Centre de l’Europe), et la Salamandre tachetée à bandes Salamandra salamandra terrestris (Ouest et Centre de l’Europe).
  • Longévité très élevée (20 ans).
  • Grande fidélité à leur habitat.

Dans les jardins

  • Attention, les Salamandres meurent si on les place en aquarium. Les adultes ne vivent pas dans l’eau !
  • Il est habituel de voir émerger des Salamandres, après de fortes pluies ou de violents orages, en pleine ville et dans les mares de jardin, les accès de cave ou les installations de canalisation.
  • Le « temps à Salamandres » se caractérise par une température de +10°C, une humidité de 75 à 90 % et pas de vent.
  • L’espèce est intégralement protégée en France, ne la capturez pas.

Salamandre tachetée, photo Alexandre Roux © 2008 http://herpeto-ain.e-monsite.com/
Salamandre tachetée, photo Alexandre Roux