Rougegorge familier

Publié le mardi 28 octobre 2008 -->


Identifier le Rouge-gorge

Rougegorge famillier, photo France DUMAS© 2008
Rougegorge famillier, photo France DUMAS

Le Rouge-gorge est facile à reconnaître à sa poitrine brillante rouge-orangée, sa tête marron et sa forme arrondie en boule de plumes. C’est une espèce très familière des jardins.

Description

Robin, Rouge-gorge familier, Erithacus rubecula
  • Corps rondelet en "petite boule de plumes".
  • Ailes courtes, larges à la base et arrondies.
  • Queue assez courte et carrée.
  • Dessus brun olive, lavé de gris sur le dos et les ailes.
  • Croupion brun-gris, contrastant légèrement avec la queue brun chaud.
  • Front, tour de l’oeil, joue, gorge et poitrine orange, séparés du brun-olive du dos par une bande gris-bleuté, surtout visible sur les côtés de la tête et du cou.
  • Flancs olive roussâtre.
  • Ventre blanc.
  • Dessous de l’aile roussâtre.
  • Bec court, droit et assez fin, brun-noir.
  • Pattes brunâtres, assez longues et fines
  • Oeil brun-noir.
  • Longueur totale de 14 cm.
  • Envergure de 20 à 22 cm.
  • Poids de 14 à 23 g.
  • Les juvéniles sont bruns entièrement mouchetés de roussâtre et de brun foncé (taches claires au dos, et pas de tache rouge sur la gorge).
  • Mâle et femelle sont similaires.

.

Habitat

  • Le Rouge gorge habite des terrains boisés ombragés, légèrement humides, au sol dégagé, alternant avec des zones de broussailles et de buissons.
  • Forêts claires, bosquets, grandes haies, vallons, arbres et buissons riverains des cours d’eau.
  • Aussi dans les parcs et jardins.

Comportement

  • Oiseau diurne et crépusculaire, solitaire.
  • Il se nourrit surtout à terre et se perche fréquemment dans les arbres
  • Présent en France toute l’année.

Alimentation

  • Le Rougegorge consomme des insectes, araignées, petits mollusques et vers de terre, mais aussi fruits et graines (en hiver).

Migrations

  • Ce ne sont pas toujours les mêmes oiseaux qui fréquentent votre jardin :
  • Les Rouges-gorges de Grande-Bretagne, d’Europe du Nord et de l’Est hivernent en France d’octobre à mars-avril.
  • Les Rouge-gorges français, (plutôt sédentaires dans l’Ouest du pays), migrent vers le Sud, et hivernent du Sud-Ouest à l’Afrique du Nord.

Chant et cri

  • Le chant du Rouge-gorge est une belle phrase fluide et mélodieuse, à tonalité fine et cristalline, entrecoupée de pauses.
  • Son chant est fin, mélodieux et extrêmement diversifié, composé de phrases brèves, où se succèdent rapidement sifflements suraigus (que nous ne percevons pas tous), trilles et notes modulées qui lui donnent un aspect tremblotant.
  • L’alternance de motifs aigus et graves au sein de la même phrase est assez caractéristique.
  • Il chante presque toute l’année, souvent perché au sommet d’un grand arbre.

Reproduction

  • Le Rouge-gorge construit un nid de feuilles mortes, mousse et herbes sèches, au sol entre des racines, sous des branchages ou au flanc d’un talus.
  • Deux pontes par an (de mars à juin), comportant de 4 à 6 oeufs, incubés par la femelle pendant 12 à 21 jours.
  • Les jeunes nidicoles quittent le nid à 10 - 18 jours.

Dans les jardins

  • Ce sont les seuls oiseaux des jardins à chanter en hiver, mâle et femelles conservent leurs territoires.

Remarques

  • Il est présent toute l’année sur l’ensemble du territoire français jusqu’à 2200 m dans les Alpes.
  • Le Rouge-gorge est bien connu, mais ne pas le confondre avec d’autres espèces qui sont rouges devant : le mâle du Traquet pâtre ou du Rouge-queue à front blanc par exemple.

Rouge-gorge familier
Rouge-gorge familier dans un jardin, photo C. ROLLAND
Rougegorge famillier, juvénile, photo France DUMAS© 2008
Rougegorge famillier (juvénile), photo France DUMAS

.