Roitelet à triple-bandeau

Publié le mardi 28 octobre 2008 -->


Identifier le Roitelet à triple-bandeau

Le Roitelet triple-bandeau (Regulus ignicapillus) est un des plus petits oiseaux d’Europe (9 cm environ, pour de 4 à 7 grammes).

Roitelet à triple bandeau, photo France DUMAS © 2008
Roitelet à triple bandeau, photo France DUMAS

Description

  • Minuscule corps trapu et rondelet,, tête ronde.
  • Ailes courtes et légèrement arrondies, sans cesse écartées et refermées nerveusement, brun-noir liserées de blanc et présentant deux barres transversales blanches.
  • Queue courte et échancrée, brun-olive.
  • Dessus vert jaunâtre.
  • Les plumes de la tête forment un diadème qui a donné son nom au Roitelet, elles se hérissent en cas d’excitation.
  • Tache jaune vif, allongée et largement bordée de noir sur le sommet de la tête (la "couronne" du Roitelet).
  • La tache sur la tête de la femelle est jaune pur, teintée de rouge chez le mâle.
  • Joues grises, petite moustache noire.
  • Dessous blanchâtre.
  • Tache bronze en avant de l’épaule.
  • Bec très court, fin et pointu, noir brillant.
  • Pattes noirâtres courtes et fines, munies de doigts puissants permettant à l’oiseau de se tenir la tête en bas quand il se nourrit.
  • Oeil brun-noir.
  • Longueur totale de 8 à 9 cm.
  • Envergure de 14 à 15 cm.
  • Poids de 4.5 à 5 g, c’est leplus petit oiseau de France
  • Une bande blanche au dessus de l’oeil différencie le Roitelet à triple-bandeau du Roitelet huppé qui s’en distingue par des couleurs moins vives et un rond blanc autour de l’oeil ("petites lunettes blanches") au lieu du "bandeau blanc" sur l’oeil.

Comportement

  • Oiseau diurne mais il migre de nuit.
  • Assez grégaire en dehors de la reproduction.
  • Dans les hautes branches des arbres, buissons, où il se déplace avec vivacité, voletant sur place dans les rameaux.

Habitat

  • Conifères (épicéas, sapins, Cèdres, Séquoias), mais aussi feuillus (Chênes avec Lierre) dans les forêts, bosquets, haies, parcs, ou les arbres isolés.

Alimentation

  • Il consomme des petits insectes et araignées.
  • Il mange l’équivalent de son propre poids chaque jour, ses besoins deviennent énormes en période de migration ou en période froide.
  • Constamment en mouvement, son poids lui permet d’atteindre les rameaux les plus fins. Il inspecte branches et rameaux de conifères, en hauteur de préférence, au besoin, il descend et cherche sa nourriture même au sol mais ne consomme que ce qui est visible, y compris des graines, sans chercher à soulever les feuilles ou à fouiller les écorces qu’il se contente de sonder.
  • Par temps chaud, il peut aussi cueillir la nourriture en voletant, sans se poser.

Migrations

  • Il est présent en France toute l’année.
  • Cependant, les oiseaux nordiques migrent vers le Sud.

Chant et cri

  • Son chant formé par la répétition d’une note simple légèrement ascendante qui s’accélère et s’accentue sur la fin "sissississississîa".
  • Ti ..ti .. titititi à sonorité très aiguë, faible, accéléré.
  • Le timbre et la tonalité très aiguë sont similaires à ceux du Roitelet huppé (au chant de "roue qui tourne", mais le rythme et le motif final diffèrent.
  • Il est inaudible pour certaines personnes qui n’entendent plus trop les notes fines et aiguës !

Reproduction

  • Il niche dans les des conifères, les deux partenaires y construisant un nid suspendu
  • Le nid est en mousse, lichens et toiles d’araignées, garni de duvets végétaux et de plumes, en forme de coupe, suspendu à des rameaux ou parmi une touffe de Lierre.
  • C’est un véritable réservoir thermique grâce aux plumes et crins qui le tapissent, ce qui permet à la femelle (trop petite) de ne pas couvrir tous ses oeufs (7 à 11) lors de la couvée.
  • Deux pontes par an, de 7 à 11 oeufs, incubés par la femelle pendant 14 à 15 jours.
  • Les deux parents participent à l’élevage en apportant des larves d’insectes et de petites araignées à leurs petits.
  • Les jeunes nidicoles quittent le nid à 19 - 20 jours.
  • Les parents les nourrissent encore une quinzaine de jours et commencent à préparer la prochaine couvée alors qu’ils nourrissent toujours la première. La femelle peut pondre une seconde couvée avant que la première ait quitté le nid !

Remarques

  • Présent dans toute la France, mais plus rare au Nord Ouest.
  • En montagne jusqu’à 1500 m d’altitude
  • En hiver, il est plus rare au Nord et NE, car se déplace dans le Sud et l’ouest.

Roitelet à triple bandeau, photo France DUMAS © 2008
Roitelet à triple bandeau, photo France DUMAS