Pigeon biset domestique

Publié le mardi 28 octobre 2008 -->


Identifier le Pigeon domestique

Le Pigeon biset (Columba livia) est l’espèce qui comprend le Pigeon domestique et la plupart des pigeons des villes, mais qui subsiste également comme oiseau sauvage dans son milieu naturel original : les falaises et autres milieux rocheux. Le type domestique est différent du type sauvage.

C’est un oiseau de la famille des Columbidés. L’espèce (Columba livia) a donné naissance à de nombreuses races élevées pour la chair, l’ornement ou la course (pigeon voyageur).

Description

Pigeon domestique (Columbia livia)
  • Corps rondelet, ailes assez longues, étroites et pointues.
  • Queue assez courte, étroite et légèrement arrondie.
  • Gris bleu, avec le dessus des ailes plus clair.
  • Dessous des ailes et croupion blanc.
  • Reflets verts et pourpre sur le cou.
  • Queue terminée par une large barre noire.
  • Coloration du plumage très variable.
  • Bec court et mince, noir, avec une tache blanche à la base.
  • Pattes rougeâtres courtes
  • Oeil orange.

Comportement

  • Le pigeon est domestiqué depuis la préhistoire, des colombiers existaient à l’époque romaine.

Habitat

  • En ville.

Alimentation

  • Granivore.

Migrations

  • Oiseau sédentaire .

Chant et cri

  • Roucoulement caractéristique.

Reproduction

  • Les pigeons bisets domestiques nichent dans des cavités de bâtiments.
  • Leurs populations sont issus d’animaux d’élevage ayant échappé au contrôle de l’Homme. Leurs phénotypes variés reflètent fréquemment des caractères sélectionnés chez certaines races domestiques (coloris blanc, roux, pigeon cravaté…). Certains sujets montrent cependant un phénotype tout à fait sauvage.

Les Pigeons en ville

  • Ils sont observés, nourris et appréciés dans certaines villes (place Saint-Marc à Venise...) ou pourchassés à cause de nuisances sonores, de l’acidité des fientes et la salissure des bâtiments, des risques de grippe aviaire (H5N1).
  • A Paris, on compte 100 000 pigeons domestiques. Certaines villes interdisent donc de nourrir les pigeons, sauf en cas d’élevage.
  • Les populations urbaines sont parfois régulées (empoisonnement, chasse, piégeage au filet, introduction de rapaces, installation de pigeonniers de contrôle, stérilisation...).

Remarques

  • Des pigeons voyageurs (obligatoirement élevés dans le pigeonnier du destinataire) ont servi de messagers lors de batailles romaines, aux navires pirates et corsaires, aux croisés, de pigeons de guerre (1918)...
  • C’est devenu un animal de concours pour les colombophiles.
  • Cette espèce a largement colonisé les villes, mais se trouve en concurrence avec Mouettes rieuses, Goélands, Étourneaux sansonnets, Tourterelles turques...
  • Le pigeon ramier est de plus grande taille et niche dans les arbres des parcs et jardins.

    .