Grive musicienne

Publié le mardi 28 octobre 2008 -->


Identifier la Grive musicienne

La Grive musicienne (Turdus philomelos) est un passereau de la famille des Turdidés.

Grive musicienne, photo France DUMAS © 2008
Grive musicienne, Photo France DUMAS

Description

Grive musicienne (Turdus philomelos)


Grive musicienne (Turdus philomelos)
  • Corps rond, ailes assez longues, larges à la base et légèrement pointues
  • Queue assez longue et carrée, brune
  • Brun dessus
  • Joues brun fauve striées de brun
  • Anneau crème autour de l’oeil brun foncé
  • Dessous blanc, teinté de roussâtre et tacheté de brun noir sur les côtés du cou, la poitrine et les flancs
  • Dessous de l’aile fauve jaunâtre
  • Bec court, droit et épais à la base, brun noir à base jaunâtre.
  • Pattes couleur chair, assez courtes et fortes.
  • Longueur totale de 23 cm.
  • Envergure de 33 à 36 cm
  • Poids de 50 à 100 g.

Habitat

  • Terrains frais et assez humides avec des arbres et des buissons alternant avec une végétation herbacée rase, ou un sol couvert de feuilles mortes.
  • Forêts de feuillus ou boisements mixtes, bosquets, plantations d’épicéas
  • Parcs, jardins, jusque dans les villes.
  • Elle se rencontre dans les bois, les grands jardins, les haies.

Comportement

  • Diurne
  • Plutôt solitaire, moins sociale que la Grive mauvis.

Alimentation

  • Elle se nourrit surtout au sol, sous les buissons.
  • La Grive musicienne consomme des insectes, escargots et vers de terre, des baies et fruits en hiver.
  • Elle sait comment casser des escargots en les plaçant sur une pierre et en leur tapant fortement dessus.

Migrations

  • La Grive musicienne est une migratrice partielle (une partie de la population reste sur les lieux de nidification, tandis qu’une autre partie migre).
  • Elle est présente en France toute l’année, en partie sédentaire, surtout dans le Sud-Ouest.
  • Des populations du Nord et de l’Est de l’Europe arrivent en France, surtout en octobre, où elles hivernent.
  • Les oiseaux français passent l’hiver au Sud-Ouest.

Chant et cri

  • Chant sonore et moyennement aigu, très complexe et mélodieux, caractérisé par son rythme saccadé et la répétition systématique (2 à 4 fois) de courts motifs extrêmement variés.
  • Un motif simple est sifflé trois ou quatre fois, puis un autre et encore un autre, avec parfois des imitations du chant d’autres espèces : "Pii-èh pii-èh pii-èh" puis "Kvièt kvièt" suivi de "Pii-èh pii-èh pii-èhèhèhèh", "Trruy trruy trruy, codidio codidio"...
  • Les phrases sont espacées entre elles par de brefs silences.
  • Aux sons flûtés s’ajoutent des sonorités rauques ainsi que de nombreuses imitations.
  • Poste de chant toujours en hauteur.

Reproduction

  • La Grive musicienne construit un nid d’herbes sèches et de mousse, l’intérieur forme une coupe lisse de bois aggloméré avec de la terre.
  • Le nid est placé contre le tronc d’un arbuste (1 à 4 m au dessus du sol), souvent un conifère.
  • Deux à trois pontes par an de 3 à 5 oeufs incubés par la femelle 10 à 17 jours.
  • Les jeunes nidicoles quittent le nid à 11 - 17 jours.

Dans les jardins

  • Elle est présente partout en hiver, mais plus rare en France dans le Nord-Est.

Remarques

  • Nicheuse en Europe, Asie, Afrique du Nord, la Grive musicienne a été introduite en Nouvelle-Zélande et dans les Nouvelles-Hébrides.
  • Elle se reproduit partout en France jusqu’à 2000 m (sauf autour de la méditerranée).


Grive musicienne, photo YT, CORA
Grive musicienne, photo YT, CORA