L’Observatoire de la biodiversité dans l’Ain, suivis d’espèces phares



Les habitats présents sur le département de l’Ain sont très hétérogènes, en conséquence, la biodiversité du territoire est très variée. La Dombes, la Bresse, le Revermont, le Bugey, la Plaine de l’Ain, le Val de Saône, la Haute-Chaîne du Jura et le Pays de Gex sont autant de secteurs à enjeux environnementaux différents.

Dans le cadre de l’observatoire de la biodiversité du département de l’Ain, différents suivis d’espèces inféodées à ces milieux naturels particuliers ont été menés en 2015 :

  • Dombes (étangs) : suivi de l’échasse blanche
  • Bresse (bocage et mares) : suivis du triton crêté et de la pie-grièche écorcheur
  • Val de Saône (prairies inondables) : suivis du râle des genêts et de la caille des blés
  • Bugey (grottes et patrimoine bâti) : suivi du petit rhinolophe

Quelques résultats :

  • Le suivi des échasses blanches en 2015 sur la Dombes avait pour objectifs de montrer l’importance du secteur lors de la migration et de faire l’état de la reproduction de cette espèce.
    En avril et août beaucoup de migrateurs stationnent en Dombes, cette zone est donc identifiée comme halte migratoire pour l’espèce. Certains individus s’y arrêtent aussi pour nicher et élever leurs jeunes. En France continentale, seule la Dombes accueille quelques dizaines de couples, ailleurs les cas de reproduction sont anecdotiques. La zone est donc identifiée comme site de reproduction unique en France. 11 sites ont été détectés avec reproduction. Le maintien de l’espèce en Dombes est très fragile. Le nombre de couples nicheurs pourrait ainsi varier en fonction du nombre d’étangs propices disponibles et du niveau de dérangement de l’espèce.

PNG - 315 ko

  • Le râle des genêts, espèce migratrice, vient se reproduire dans les prairies inondables d’Europe occidentale à partir du mois d’avril.
    Dans le département de l’Ain, il est présent uniquement en Val de Saône, c’est d’ailleurs le seul endroit où l’on peut encore l’observer durant sa période de reproduction en Rhône-Alpes.
    Une partie du Val de Saône est classé site Natura 2000. Ce programme est animé par l’EPTB Saône-Doubs. Chaque année, des mesures agro-environnementales sont mises en œuvre sur les prairies inondables, afin de préserver la nidification des oiseaux prairiaux et en particulier celle du râle des genêts. La mesure la plus efficace reste la fauche tardive.
    Avant les années 2000, le nombre de mâles chanteurs en Val de Saône pouvait atteindre plus de 120 individus. Ce nombre n’a cessé de diminuer ces 20 dernières années. Cette période correspond au remaniement des mesures environnementales existantes et à l’évolution de l’agriculture, qui ont déstabilisé l’espèce. Ces dix dernières années, certaines prairies ont permis de maintenir une vingtaine de mâles chateurs, en grande partie grâce au travail mené par l’ONCFS sur les parcelles en conventionnement avec APRR. Néanmoins, ces mesures ne suffisent plus au maintien d’une population nicheuse viable. Les résultats de l’année 2015 sont au plus bas, avec la présence de seulement 2 mâles chanteurs dans le département.