Préparation pour un atlas herpétologique de Rhône-Alpes

Publié le mardi 24 juin 2014


Contexte et objectifs

Grâce à la motivation du Groupe herpétologique Rhône-Alpes (GHRA), la réalisation d’un nouvel atlas des amphibiens et reptiles de la région est prévue pour 2015. Il s’agit de faire suite au préatlas donnant l’état des connaissances de la répartition des reptiles et amphibiens par district naturel qui était paru en 2002 sous l’égide du CORA. L’objectif est de pouvoir réaliser cet atlas avec 140 000 données. Pour se faire, il est pris en compte pour chaque département les données collectées pendant la période de l’enquête (soient trois années) sur les huit départements et les données qui existent déjà dans les différentes bases de données départementales.

Ainsi, une base de 2 500 données par an et par département semble tout à fait réaliste dans le cadre d’un effort réalisé pour la préparation d’un atlas régional.

Moyens et résultats

La parution étant prévue au plus tard fin 2015, la période de collecte des données a été prolongée de 6 mois jusqu’en juin 2014 afin d’améliorer la couverture géographique, notamment pour des espèces peu fréquentes. La précision de la représentation cartographique sera réalisée selon une maille de 5 km x 5 km incluant une dimension historique, et une carte supplémentaire avec les pointages des observations apportera des précisions complémentaires sur la pression d’observation.

En 2013, les informations ont continué d’arriver via les sites de saisie en ligne (notamment VisioNature), les conventions avec les organismes détenteurs de données herpétologiques et l’intégration des archives (souvent des fiches papier). Pour 2013, pour essayer d’atteindre les 2 500 données par an et par département, il avait été estimé qu’il fallait apporter près de 28 000 données. En novembre 2013 (date des différentes extractions des bases départementales), ce sont 18 461 données pour l’année 2013 qui ont pu être regroupées. À noter que cette année 2013 a été particulièrement médiocre au niveau météorologique et donc les observations de reptiles et d’amphibiens ont été largement plus rares au printemps. L’automne ayant été plus clément, le nombre de données a donc légèrement augmenté. Au final, au 30 novembre 2013, le jeu régional compte 123 255 données pour au moins 2 438 observateurs.

Le groupe de travail du Comité « atlas » est constitué d’une dizaine de personnes du GHRA. Il s’est réuni à deux reprises en 2013 afin de travailler sur le contenu des différentes parties et la recherche des différents rédacteurs. À la fin 2013, 100% des monographies sont attribuées à un rédacteur principal assisté de deux relecteurs. De même pour les différents autres chapitres prévus (cadre biogéographique, cadre historique, présentation des reptiles et amphibiens, analyses des données, liste rouge...), les auteurs pressentis ou volontaires ont été sélectionnés pour plus de 60%.

La mise en place d’une plateforme sur Internet ouverte aux rédacteurs permet d’échanger des informations à destination de ces derniers, c’est là aussi sur la plateforme que sont stockées les images destinées à illustrer l’atlas.

En 2013, il n’y a pas eu de sortie réunissant les 8 départements, mais des sorties organisées par les sections départementales du GHRA. Ainsi, par exemple, en avril 2013, une journée de recherche d’amphibiens s’est déroulée en Isère avec le groupe jeune de la LPO Isère et un nouveau site à triton crêté était alors découvert proche du département de la Savoie. Dans le Rhône, des prospections ont été réalisées dans le Beaujolais à la recherche du lézard des souches.

Perspectives

Le guide aux auteurs des monographies a été proposé et lors du second semestre les informations ont été envoyées aux rédacteurs accompagnées des cartes. L’ensemble des monographies devra être rédigé avant la fin de mars 2014 pour être ensuite transmises aux relecteurs lors du second trimestre. Le début des rédactions des parties générales n’a pas réellement commencé, l’année 2013 ayant été mise à profit pour identifier les rédacteurs de ces chapitres.

Cependant, quelques lacunes existent pour certaines espèces très discrètes (salamandre noire, psammodrome d’Edwards, pélobate cultripède...) et pour certaines zones sous-prospectées (Roannais, Maurienne, plaine de Bièvre...). L’année 2014 sera consacrée à compléter ces manques d’informations locales, aussi bien par des prospections ciblées que par des conventions avec différents partenaires et organismes, pour avoir une vision la plus précise possible de l’herpétofaune rhônalpine.

En 2014, tout le réseau du GHRA continuera à prospecter pour améliorer les connaissances sur la répartition des amphibiens et reptiles de Rhône-Alpes en mettant l’accent sur les secteurs orphelins ou sous-prospectés. Le département de la Savoie sera particulièrement favorisé afin de combler un certain nombre de secteurs faiblement prospectés.