Protection des populations du Busard cendré en Rhône Alpes (2014)

Publié le lundi 30 mai 2016 -->


Contexte et objectifs

Les busards cendrés, busards saint martin et des roseaux bénéficient au niveau national d’un réseau piloté par la LPO France, dont les actions sont présentées sur le site http://busards.lpo.fr/index.html et sur www.busards.com.

Le busard cendré est le plus menacé des 3 et un programme a été établi sur tous les départements concernés par la présence de l’espèce afin d’améliorer la connaissance, les moyens de protections, la communication a l’attention des acteurs concernés.

Moyens et résultats

Six actions déclinées en 4 volets composent le plan régional d’actions.

  • Améliorer les connaissances : elles sont hétérogènes sur les différents départements où l’espèce est présente. Leur harmonisation permettra de connaitre plus finement l’état des populations et leurs besoins. L’année 2014 a été marquée par une bonne reproduction du busard cendré. En effet, les conditions climatiques et les ressources trophiques ont permis davantage de réussite en termes de jeunes à l’envol. Néanmoins cette constations est à nuancer car certains département comme l’Isère, affichent un taux relativement bas d’oiseaux à l’envol. De plus, bien que le nombre moyen d’oiseaux à l’envol reste satisfaisant en 2014 pour le département du Rhône, ce dernier affiche un faible nombre de couples reproducteurs lié à une succession de mauvaises années.
  • Développer une stratégie conservation : cette espèce nécessite annuellement, un important investissement bénévole et le soutien de salariés pour élaborer une stratégie pérenne en concertation avec le monde agricole. Dans ce cadre, des démarches sont initiées afin de mettre en place, par le biais des outils existants (MAEC..), des mesures favorables à l’espèce.
  • Communiquer : la réalisation d’un flyer à destination du monde agricole pour la valorisation des espaces de type « Friche ». Ces espaces, connotés négativement pour les agriculteurs, sont très intéressants pour le busard mais également indispensables pour maintenir une diversité biologique nécessaire à une agriculture durable (auxiliaires).
  • Créer un plan régional de sauvegarde : après avoir analysé l’intérêt et les besoins de l’ensemble des départements en matière de préservation de l’espèce, il s’avère indispensable, au regard de la situation critique de l’espèce au niveau régional, d’élaborer un plan pérenne pour sa préservation, voire pour son renforcement de population.

La mobilisation autour de ce programme représente plus de 630 journées-hommes dont près de 480 réalisées par des bénévoles.

Perspectives

La Drôme nouvellement incluse au programme devrait pouvoir améliorer sensiblement son niveau de connaissance sur les secteurs proches et surement en lien de la plaine Iséroise.

L’utilisation des outils et dispositifs existants et en lien avec le monde agricole s’avère très difficilement conciliable avec les besoins de l’espèce. Ces mesures ne sont pas nécessairement compliquées ni très onéreuses à mettre en place mais il n’existe pas ou peu, à ce jour, d’outils ou dispositifs pertinents et/ ou incitatifs disponibles. Les espaces favorables à la nidification de type « friche », quand ils sont préservés par un dispositif de convention, ne le sont que par un arrangement cordiale entre propriétaire et protecteurs, sortant de tout dispositif conventionnel et pérenne.

Les premiers échanges et rencontre effectuées dans le cadre de la création d’un comité de pilotage pour la constitution d’un plan de sauvegarde du busard cendré sont encourageants et donneront lieu en 2015 à de nouvelles rencontres qui orienteront les actions futures.