Protection des populations du Busard cendré en Rhône Alpes



Protection des populations du Busard cendré en Rhône Alpes - Bilan 2015

Contexte et objectifs

Les busards cendrés, St martin et des roseaux bénéficient au niveau national d’un réseau piloté par la LPO France, dont les actions sont présentées sur le site busards.lpo.fr et sur www.busards.com.
Le busard cendré est le plus menacé des trois et un programme a été établi sur tous les départements concernés par la présence de l’espèce afin d’améliorer la connaissance, les moyens de protections, la communication à l’attention des acteurs concernés.

Moyens et résultats

Six actions déclinées en 4 volets composent le plan régional d’actions. Elles ont pour objectif de :

  • Améliorer la connaissance : de nombreux paramètres font que la dynamique et la connaissance autour de l’espèce sont hétérogènes d’un département à l’autre. L’objectif est d’homogénéiser le plus possible le niveau de connaissance pour chacun des départements concernés afin d’évaluer au mieux les besoins de l’espèce au sein de chaque département.
  • Développer une stratégie conservation : l’espèce nécessite chaque année un gros investissement bénévole et le soutien de salariés pour élaborer une stratégie pérenne en concertation avec le monde agricole. Dans ce cadre, des démarches sont initiées afin de mettre en place, par le biais des outils existants (MAEC...), des mesures favorables à l’espèce.
  • Communiquer : La réalisation d’un flyer à destination du monde agricole pour la valorisation des espaces de type « Friche ». Ces espaces sont en effet très intéressants pour le busard mais également indispensables pour maintenir une diversité biologique très souvent favorable à l’agriculture (auxiliaires).
  • Créer un plan régional de sauvegarde : après avoir analysé l’intérêt et les besoins de l’ensemble des départements en matière de préservation de l’espèce, il s’avère indispensable, au regard de la situation critique de l’espèce au niveau régional, d’élaborer un plan pérenne pour sa préservation, voire pour son renforcement de population. Un premier travail consistera à créer un groupe de travail pour élaborer le futur plan.

L’année 2015 s’est tout d’abord traduite par la poursuite des volets initiés en 2014 (1,2 et 3). En termes de conservation, l’année 2015 est mitigée puisque si elle semble correcte pour 2 départements comme la Loire et l’’Ardèche, elle est plus défavorable, une fois de plus, pour le Rhône et l’Isère. Ce point est problématique du fait que ces 2 départements, sont ceux qui disposent de populations analysées comme étant les plus prolifiques (de nature « source ») sur l’ensemble des départements concernés par le programme. Néanmoins, une première expérience a vu le jour dans le Rhône (le taquet décentralisé) et qui a pour objectif de renforcer la population départementale. Si cette expérience s’avère concluante, elle pourra éventuellement être un des piliers, fort, sur lequel la future stratégie de conservation régionale pourra s’appuyer.
La plaquette « friche » destinée aux acteurs agricoles et initiée en 2014 a été finalisée et est prête pour diffusion.
Le volet 4 qui consiste à l’élaboration d’un plan de sauvegarde par la création d’un comité de pilotage s’est concrétisé par la réalisation de 2 journées de concertations avec l’ensemble des acteurs impliqués par la protection du rapace. Ces journées ont abouti à la formalisation et le renfort de différentes actions stratégiques favorables au Busard cendré et ce, conformément aux spécificités contextuelles de chaque département.
La mobilisation autour de ce programme représente plus de 650 journées-hommes dont près de 500 réalisées par des bénévoles.

Perspectives

La diffusion du flyer « friches » contribuera à sensibiliser pour la préservation des milieux favorables à la nidification du busard Cendré et d’autres espèces. Néanmoins, il faudra d’autres outils afin de réellement préserver ces milieux qui concourent au maintien d’une trame verte et d’ilots de biodiversité. Le futur plan de sauvegarde du Busard cendré devra prendre en compte les spécificités de chacun des départements concernés et surement intégrer les départements de l’ancienne région d’Auvergne qui sont également, fortement concernés par la protection de l’espèce. Il sera envisagé de réunir les référents de ces départements lors des réunions du comité de pilotage de 2016.

PNG - 14.5 Mo


Articles de cette rubrique