Pôles d’informations naturalistes

Publié le mercredi 4 juin 2014 -->


La LPO Rhône-Alpes continue de suivre l’avancée des pôles d’informations naturalistes déjà lancés, et est toujours dans l’attente du lancement du pôle faune pour lequel elle est candidate à l’animation depuis 2007...

En 2013, nous avons participé à la réunion du 12 février présentant l’avancée des pôles flore-habitat et gestion. A cette occasion, la DREAL a notamment rappelé en introduction que le pôle faune n’était pas encore lancé, mais que la LPO a rendu une pré-étude début 2011 à l’État et à la Région.

Concernant le pôle de gestion, porté par le CEN Rhône-Alpes : cette réunion a permis de présenter le projet de fiches par sites gérés, et les fiches actions renseignant les actions prévues dans les plans de gestion. Ces documents ont vocation à être mis à jour tous les 5 ans, permettant de disposer d’un outil de suivi des plans de gestion et de leur évaluation. La DREAL a rappelé que le pôle de gestion ne doit pas seulement s’adresser aux professionnels de la nature mais aussi aux « néo-gestionnaires » que sont notamment les collectivités.

Concernant le pôle flore-habitat, porté par les Conservatoires Botaniques : parmi les avancées présentées, citons l’élaboration d’une liste d’espèces sensibles, pour lesquelles seules les responsables du pôle et les services de police de la nature auront accès aux données brutes. La plateforme web permet par exemple de visualiser la liste d’espèces présentes dans un Parc naturel régional. Il est prévu de mettre à jour les données sources 4 fois par an.

La LPO a également participé à la première réunion du groupe de travail « stratégie de conservation de la flore en Rhône-Alpes » le 13 juin à Grenoble. Il a
été question de priorités de connaissance (espèces cotées DD dans la liste rouge régionale, pour lesquelles les données sont insuffisantes pour déterminer
son degré de menace)  ; et de priorités de conservation (au croisement du niveau de vulnérabilité et de responsabilité).

La LPO Rhône-Alpes continue d’avancer de son côté sur les taxons faunistiques avec notamment la mise à jour de listes rouges, le porté à connaissance via le portail régional de restitution des données faune qui capitalise toutes les données recueillies dans les bases de données naturalistes départementales (plus de 4 millions de données). Un pôle faune traitant de ces sujets de manière collégiale devient une vraie nécessité pour évaluer et suivre la diversité faunistique de Rhône-Alpes à l’aulne de l’agence régionale de la biodiversité. La LPO Rhône-Alpes s’inscrit dans cette dynamique.