Hirondelle rousseline

Publié le mercredi 27 février 2008


Hirondelle rousseline Hirundo daurica

Angl. : Red-rumped Swallow
All. : Rötelschwalbe
It. : Rondine rossiccia

Espèce indo-africaine, l’Hirondelle rousseline possède une large répartition allant de l’Europe méridionale à l’Afrique et, plus à l’est, à travers l’Asie jusqu’au Japon. Dans le Paléarctique occidental, la sous-espèce rufula se rencontre au Maroc, sur la frange méditerranéenne de l’Europe et au Proche Orient.

En France, cette Hirondelle est une acquisition récente car la première mention semble être celle de Crespon (1844) en 1835 en Provence. Un premier cas de nidification fut constaté en Corse en 1962 (Isenmann 1965), puis à nouveau en 1965, mais aussi dans les Pyrénées Orientales cette même année (Nicolau-Guillaumet 1965). Depuis, des nidifications ont été notées de plus en plus régulièrement dans presque tous les départements côtiers de Méditerranée : l’espèce ne paraît nicher avec régularité que dans les reliefs escarpés du littoral et une dizaine de couples se reproduit dans le Var (Dhermain et al. 1994, Isenmann et Nicolau-Guillaumet 1992). Une tendance à l’expansion vers le nord depuis l’Espagne a été remarquée depuis 1950 environ, mais c’est surtout au milieu des années 1980 que le nombre de mentions a le plus fortement augmenté en France, atteignant un maximum de 141 individus en 1988 ; cet accroissement est aussi dû en bonne partie à un suivi régulier des sites de migration dans le midi (Dubois et Yesou 1992, Von Wicht 1978).

En région Rhône-Alpes, l’espèce atteint sa limite septentrionale de répartition pour le Paléarctique occidental ; elle ne s’y est reproduite que de façon occasionnelle, uniquement en Ardèche et dans la Drôme. Elle a niché à Vallon Pont d’Arc où elle fut observée de 1967 à 1969 ([R]), ainsi qu’à Toulaud en juillet 1979 (Vallée 1983). Plus récemment, la nidification a été prouvée en 1998 à Saint Remèze (07) avec la découverte de 3 jeunes au nid, dont 2 morts. Enfin, en 1999, à Séderon (26) un couple a élevé au moins un jeune à l’envol et une couvée a avorté en 2000 sur le même site. Ces deux nidifications récentes laissent espérer de nouveaux cas dans un proche avenir...

Cette hirondelle recherche les milieux ouverts, escarpés, où ruines, vieilles fortifications, grottes, ponts lui procurent suffisamment de possibilités pour la construction du nid. A Toulaud, elle a niché dans une citerne en pierre "d’environ 7 x 3 x 3m alimentée par une source et ne contenant plus que quelques centimètres d’eau" (Vallée 1983). Le nid était accroché à 3 m de hauteur.
L’Hirondelle rousseline n’a été observée comme migratrice qu’à 5 reprises en région Rhône-Alpes. Elle serait toutefois annuelle au printemps en Ardèche ; ces observations se répartissent entre un 11 avril (1998) au Pouzin (07) et un 22 mai (1986) au col de l’Escrinet (07, Dubois et C.H.N. 1987). Le stationnement n’a été constaté qu’en une seule occasion : du 8 au 11 mai 1984 à Haute-Jarrie - 38 (Lefebvre et Meeus 1985). Les deux autres données proviennent du col de l’Escrinet : 19 avril et 8 mai 1987 (Dubois et C.H.N. 1988). Deux autres observations estivales sont troublantes : un individu les 15 et 26 juin 1990 au barrage de la Tache-sur-Renaison - 42 (Dubois et C.H.N. 1991), et un individu le 28 juillet 1993 à Loriol sur Drôme (26, Bernard et Renaudier 1998) ; cette dernière donnée pourrait toutefois concerner un migrateur... mais de quelle origine ? Le schéma d’apparition en région Rhône-Alpes est conforme à celui constaté à l’échelon du pays : observations en avril-mai avec un pic au début de mai. Quelques données estivales pourraient se rapporter à des nicheurs, mais sont aussi significatives des vagabondages de cet oiseau, qui est souvent observé hors de son aire de répartition avant une nidification éventuelle (Isenmann et Nicolau-Guillaumet 1992). Enfin, nous ne connaissons pas de donnée automnale. Les observations de l’Hirondelle rousseline en Rhône-Alpes restent rares et sont soumises à homologation régionale. L’avenir nous réserve vraisemblablement la surprise de nouveaux cas de nidification.

Cyrille Deliry
Alexandre Renaudier