Lettre d’Allain Bougrain Dubourg à la famille LPO

18 mars 2020

Mots-clés :


18 mars 2020

Alors que les jonquilles sortaient sans frilosité de l’hiver le plus chaud que l’on ait connu depuis la création de la météo, le confinement s’est imposé à chacun d’entre nous. La LPO a non seulement mesuré les conséquences potentielles de la pandémie mais elle les a anticipées. Je tiens, à ce titre, à remercier les professionnels de notre association et plus spécialement les fonctions support (RH, informatique, finances…) qui ont orchestré avec rigueur mais compréhension notre futur proche.

Parmi les conséquences immédiates de cette crise sans précédent, nous avons évidemment organisé nos activités autour du télétravail. Mais il nous a fallu suspendre toutes les animations de terrain, les sorties nature, etc... De même, les centres de soin ont dû être fermés, en maintenant évidemment l’assistance des animaux déjà recueillis. À ce propos, la LPO disposait d’un stock de masques nécessaires en cas de marée noire : devant la pénurie actuelle nous avons décidé de les donner au corps médical pour un meilleur usage possible.
Poursuivant coûte que coûte notre combat, nous devons faire face à de multiples difficultés. Pourrons-nous réintroduire de nouveaux jeunes gypaètes barbus qui devaient animer les ciels cévenol et drômois ? La frontière Espagnole étant fermée, nous négocions une dérogation exceptionnelle. Nous sommes intervenus fermement pour exiger l’arrêt complet de la chasse aux prétendus « nuisibles », et un nouvel abattage des bouquetins du Bargy. Deux réunions téléphoniques avec Elisabeth Borne et Emmanuelle Wargon nous ont permis d’avancer sur ces dossiers, et ceux de la scandaleuse cellule Demeter, du maintien ou non du congrès de l’UICN, des perspectives de notre propre congrès à Beaune etc.

La LPO étant une grande structure associative, nous avons évidemment tenu à partager notre expérience avec les autres. C’est ainsi que nous avons communiqué à toutes nos associations locales et autres structures engagées dans la protection de la biodiversité la méthodologie que nous nous sommes appliquée. De même, j’ai demandé à la Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire qu’un accompagnement économique exceptionnel bénéficie à la LPO et aux associations naturalistes.

Le fait de nous mettre en ordre de marche pour combattre le coronavirus ne nous empêche pas de nous interroger sur ses origines. Sur le marché de Wuhan, on a compté plus de 110 espèces d’une faune déracinée. Lézards desséchés, serpents dépecés, tortues agonisantes, pangolins mourants, civettes, chauves-souris ou même koalas figuraient dans cette pathétique ménagerie qui a conduit à la pandémie que nous subissons. J’ai connu ces cimetières promettant des vertus aphrodisiaques ou thérapeutiques à Taïwan, au Bénin, au Cameroun, en Amérique latine et, bien sûr, en Chine. Il faut en finir immédiatement avec cette odieuse exploitation du vivant. Cette mesure doit s’inscrire comme une priorité au niveau mondial.

En attendant, et au nom de la LPO, je souhaite à chacun d’entre vous, adhérents, bénévoles ou salariés, ainsi qu’à vos familles, d’être épargnés par le terrible virus, et de profiter de cet « arrêt sur image » pour prendre soin de vos proches et observer la nature depuis votre fenêtre ou votre jardin.

Bien amicalement,
Allain Bougrain Dubourg Président de la LPO